Miao

 dans Lifestyle, Rencontres

Plus de deux mille ans auparavant, les ancêtres Miao s’étaient déjà installés dans l’ouest de la province du Hunan et dans l’est de la province du Guizhou. Ce sont des nomades qui se déplacent fréquemment d’une région à une autre. Au fil des temps, ils se sont répartis dans diverses régions de Chine et même dans d’autres pays tels que le Laos ou encore le Vietnam. Cette dispersion leur a valu de se différencier sur de nombreux points comme la langue ou sur quelques coutumes et traditions.
Une grande partie de la région des Miao est accidentée ou montagneuse et est drainée par plusieurs grandes rivières. Le temps est doux, les précipitations sont généreuses et les ressources naturelles abondent. Les récoltes principales incluent le riz, le maïs, les pommes de terre, le sorgho chinois, les haricots, le colza, les arachides, le tabac, la ramie, la canne à sucre, le coton, le théier oléifère et l’aleurite.

Coutumes et traditions

Les Miao accordent une grande importance aux coutumes et traditions, surtout quand il s’agit d’accueillir leurs convives. Lorsqu’un visiteur arrive dans le village, il est accueilli par une ou plusieurs femmes Miao. Un poulet ou un canard est tué et servit à manger en son honneur accompagné d’un alcool appelé « l’Esprit de corne ». Une des traditions qui est aussi encore bien conservé, c’est le partage du cœur de poulet ou du canard. La personne âgée de la famille offre à l’invité le cœur que ce dernier doit partager avec son hôte.
Ils sont très friands des moments de partage autour de chants et de danses folkloriques. Ils jouent beaucoup de leur instrument fétiche, le lusheng qui bénéficie d’une danse et même d’une fête en son nom.

Les Miao créent une variété d’objets colorés d’artisanat, notamment les ouvrages au point de croix, la broderie, le tissage, le batik et le papier découpé. Leur technique de batik remonte à 1 000 ans. Ils dessinent d’abord un modèle sur du tissu blanc avec un couteau plongé dans de la cire chaude. Puis, ils font bouillir le tissu dans du colorant. La cire fond et laisse un modèle blanc sur un fond bleu. Ces dernières années, l’amélioration de la technologie a permis d’imprimer des dessins plus colorés, et beaucoup de travaux d’artisanat sont maintenant exportés.

Chez les Miao, le mariage est souvent arrangés par les parents. Si un couple de jeune tombe amoureux, ils devront obtenir le consentement de leur parent pour se marier. Au Yunnan, les Miao pratiquaient aussi la coutume du kidnapping qui consistait à enlever une fille pour la demander en mariage. Celle-ci avait tout de même le choix d’accepter ou de refuser la proposition.Les couples sont monogames et les parents sont généralement aidés par leur fils qui se doit parfois même de les accueillir chez lui comme beaucoup d’autres familles chinoises.

Les Miao emploient un langage appartenant à la famille des langues de Chine du sud et d’Indochine encore appelé aujourd’hui « miao-yao ». Elles sont parlées dans les régions montagneuses de Chine du sud qui sont les provinces de Guizhou, Yunnan, Hubei et Guangxi.

Habillement

Le vêtement Miao est différent suivant l’âge de la personne qui le porte et varient selon l’endroit où ils se trouvent.

Dans le nord-ouest de la province de Guizhou et le nord-est du Yunnan, les hommes  portent constamment une veste de toile ornée des dessins très colorés, accompagnée d’une couverture de laine décorée de motifs géométriques sur l’épaule.

Dans d’autres régions, les hommes portent une veste courte boutonnée, un pantalon long avec une ceinture large et une longue écharpe noire. Pour l’hiver, ils mettent des jambières en tissu nommées « puttee » comme supplément.

Les costumes des femmes varient suivant les villages mais conservent le même savoir-faire pour les broderies que l’on retrouvent sur les cols, les manches et les jambières. Dans le nord-est du Guizhou et dans l’ouest du Hunan leurs habits se parent de belles couleurs vives comme le rouge, le bleu, le jaune, le blanc et le noir sur leurs vestes et pantalons brodés. Dans d’autre régions, les femmes préfèrent des jupes épaisses aux jambières. Les jupes portent aussi de magnifiques broderies au point de croix. Des bracelets et autres accessoires en argent complètent les tenues des femmes Miao notamment lors des jours de fêtes.

Les Miao, surtout les femmes, sont connues pour porter de magnifique coiffe surtout en période de fête. Telles de véritables couronnes d’argent, elles s’affichent en effet avec de grandes et hautes coiffes qui scintilles. Les autres jours, elles cachent leurs longs cheveux noirs épais sous des gros chapeaux en tissu noir ou ajoutent des tissus brodés et fleurs pour tenir leur chevelure.

Malgré la richesse de leur culture, la plupart des villages Miao sont encore dans une économie de subsistance et nombreux sont ceux qui sont encore à la limite de l’autosuffisance alimentaire. ce faible niveau de vie entraîne de nombreux jeunes miao vers les villes pour y trouver du travail, avec pour conséquence une disparition progressive des connaissances ancestrales, notamment des chants traditionnels et des techniques pourtant reconnues de l’orfèvrerie et de la broderie. ce qui sauvera peut-être la culture miao de l’oubli, ce sont paradoxalement les touristes, de plus en plus nombreux, qui portent une attention croissante à cultures authentiques et qui sont avides de découvrir les fêtes traditionnelles hautes en couleurs.

A découvrir également
0

Tapez votre recherche puis appuyez sur entrer pour la valider