L’Indigo – De la feuille verte au tissu bleu

 dans Artisanat et créativité, Matières

Parmi les centaines d‘espèces de plantes à bleu, certaines rampent, d’autres grimpent et s’enroulent sur des treilles,
certaines sont soigneusement semées alors que des espèces sauvages sont récoltées en forêt ou cueillies en brousse;
le pastel s’acclimate en climat tempéré alors que les Indigofera n’aiment rien tant que la chaleur des Tropiques. Dans son ouvrage “Le monde des teintures naturelles”, la chercheuse Dominique Cardon liste en tête les Indigofera ou indigotiers présents en Afrique, en Inde, dans le sud-est asiatique et en Amérique centrale. Viennent ensuite d’autres plantes à indigo comme l’Isatis, le Polygonum ou le Strobilanthes, le pastel européen, la Renouée des teinturiers au Japon, la Guède de Chine, le Lonchocarpus de l’Afrique subsaharienne, d’Amérique centrale et du bassin amazonien.
Indigo, indigotine, indican, añil, nila, xiquilite, gara, landian, ai: si les termes et les plantes diffèrent, il s’agit bien de la même matière colorante.

Une couleur invisible et insoluble
Mais qui a eu cette intuition géniale que derrière telle feuille verte se cachent les bleus les plus mystérieux et les plus profonds?
Comment un teinturier chinois, un tisserand mexicain, une teinturière malienne, que des milliers de kilomètres séparent ont-ils découvert chacun une formule pour extraire le pigment de leur plante locale et réussir à fixer cette couleur sur une fibre textile?
L’énigme demeure et la reine des teintures détient bien des secrets puisque la matière colorante l’indican des indigotiers ou l’isatan B du pastel est invisible.
La première étape du processus consiste à extraire le pigment par macération des feuilles dans l’eau ou par leur broyage.
Une fois la matière pigmentaire extraite, il faut en imprégner les fibres et la fixer. Mais ce pigment est insoluble: par une déconstruction moléculaire qui s’opère dans le bain de teinture, il sera transformé en une substance soluble mais de nouveau incolore: c’est l’oxygène de l’air qui lui restituera sa couleur bleue. On assiste donc à une double opération chimique qui consiste à déconstruire une molécule puis à la reconstituer.

Un bain de feuilles fraîches
C’est la méthode que pratiquent pour leur usage domestique certains peuples montagnards d’Asie comme les Akha, les Lanten,les Naga et les Miao. Les feuilles fraîches sont mises à macérer dans l’eau. Leur décomposition entraîne la multiplication de bactéries qui sécrètent des enzymes provoquant par hydrolyse de la molécule d’indigo,
la production d’indoxyle incolore. Après l’élimination des feuilles, de la lessive de cendre et de la chaux sont ajoutées à l’eau pour stabiliser son acidité et assurer la conservation du bain. Les fibres du tissu ou des vêtements trempés dans la cuve s’imprègnent d’indoxyle. Lorsqu’on sort la toile de l’eau, au contact de l’oxygène de l’air, l’indoxyle précipite directement sur la fibre. Rapide, cette méthode à cependant un gros inconvénient, la faible concentration du bain: les vêtements trempent des heures durant dans les cuves asiatiques avec entre deux immersions une exposition à l’air, ce qui donne lieu à un interminable ballet bleu.

Extraire l’indigo par macération
En vue de produire des quantités importantes d’indigo naturel,ce procédé ancestral a été développé à grande échelle dans les indigoteries des anciens empires coloniaux: en Inde, dans le sud des États-Unis, dans les colonies françaises de Saint Domingue, de la Martinique et de la Guadeloupe, dans les colonies espagnoles du Mexique, du Guatemala,
du Salvador et du Honduras. Il perdure dans quelques indigoteries situées dans les États indiens de l’Andhra Pradesh et du Tamil Nadu, au Bangladesh, au Salvador et dans l’isthme de Tehuantepec, au Mexique. Dans une citerne remplie d’eau, appelée dans les anciennes colonies françaises “trempoire” ou “pourriture”, les feuilles sont mises à macérer durant une douzaine d’heures.
Par hydrolyse enzymatique, elles se décomposent en molécules d’indoxyle incolore et en sucres. Une fois les feuilles retirées, le liquide est transvasé dans une deuxième citerne, “la batterie”, puis vigoureusement remué. Sous l’effet de l’apport d’oxygène, les molécules d’indoxyle se groupent deux par deux pour donner l’indigotine, sous la forme d’une boue bleue qui se dépose au fond. Récoltée dans un troisième bassin, “le diablotin” ou “reposoir”, cette boue sera filtrée, égouttée et déshydratée. Le pigment bleu obtenu, compacté en carreaux ou en blocs, ou bien réduit en poudre est facile à conserver, léger et aisément transportable. Si certaines minorités du sud de la Chine utilisent le même procédé d’extraction, au lieu de dessécher le pigment elles privilégient sa conservation à l’état de boue humide en le stockant dans des seaux ou des jarres étanches.

Extraire l’indigo par séchage ou compostage
Les feuilles fraîches sont broyées, compostées en une pâte gluante qui sera égouttée et moulée en forme de boules. Il s’agit du procédé utilisé pour fabriquer les coques de pastel dans toute l’Europe du XVe siècle et plus spécifiquement dans le Languedoc. Les boules de pulpe noire desséchée vendues sur les marchés d’Afrique de l’ouest sont confectionnées selon la même méthode. Leur teneur en indican est si faible qu’elles sont souvent utilisées en complément d’une cuve d’indigo chimique. Au Japon, les feuilles de la renouée des teinturiers, broyées puis fermentées, donnent une matière sèche, légère, pérenne, conservée en balles volumineuses, le sukumo.

Monter une cuve d’indigo
C’est à partir du pigment bleu sous forme de poudre, de boules compostées, de sukumo, de boue, d’indigo biologique ou chimique que la préparation du bain de teinture peut
commencer. Les teinturiers appellent cette étape monter une cuve. lls utilisent toutes sortes de récipients; poteries,tonneaux de bois, bidons recyclés, bassines en plastique ou
bassins de ciment que l’on désigne sous le terme général de cuves. Elles sont souvent enfouies: la terre ou le sable servent d’isolant thermique en maintenant le bain à température constante.
Contrairement aux autres teintures qui directement ou à l’aide d’un mordant, imprègnent les fibres textiles,le pigment indigo n’est pas soluble. Pour teindre le fil ou le
tissu, la molécule d’indigo subit une deuxième transformation: elle doit être réduite chimiquement dans une solution alcaline pour devenir du leuco-indigo, l’indoxyle, forme soluble et incolore. A l’eau du bain, souvent une eau filtrée à travers de la cendre de bois, sont ajoutés des agents réducteurs et des bactéries.
Chaque teinturier possède sa recette, versant de la chaux, du carbonate de soude, de l’alcool de riz, du saké, de la mélasse, de l’amidon, voire de l’urine.
L’utilisation dans la cuve d’indigo de l’hydrosulfite (dithionique de sodium), un puissant agent réducteur combiné avec la soude caustique assure la réduction et la dissolution rapide de l’indigo. Bien que polluante, cette technique efficace reste la plus employée pour teindre à partir de l’indigo naturel comme de l’indigo synthétique.
Grâce à un mécanisme de précipitation du colorant au sein du textile, le tissu immergé verdâtre à la sortie du bain de teinture prend une teinte bleue sous l’effet de l’oxygène de l’air.

Indigo de Catherine Legrand aux éditions de la Martinière

A découvrir également
0

Tapez votre recherche puis appuyez sur entrer pour la valider